Trois sur trois. Nom d'une pipe ! Ça fachote sévère dans les cantons du biterrois. 50% pour le FN. Une personne sur deux. Les pharmacies du coin feraient un tabac (je ne lâcherai rien sur le terrain de l'humour) en vendant de la Marijuana thérapeutique. En attendant il reste le Prosac pour ceux qui risquent de sombrer dans la déprime.

Une sombre déprime en quelque sorte. Béziers, l'une des villes les plus miséreuses de France, où une majorité de gens profiteraient logiquement d'une économie plus solidaire...

roulez jeunesse

Les gens mangent du foin, voter à droite ne leur suffit plus, ils votent facho ! Comment s'étonner du glissement droitier du débat politique. L'UMP et le FN se chamaillent pour la « sécurité ». Le PS décomplexé n'est plus en reste. L'extrême gauche commence avec Montebourg. Jean Louis Borloo a tenu récemment des propos humanistes, dangereusement subversifs, qui placeraient l'UDI à gauche du PS.

 

Le meilleur des mondes

 

À 50% d'abstention, et 50% des votants pour le Front National, qui songerait à se remettre en question ? Qui peut croire que le FN changera quelque chose à « l'insécurité » ? Si la malheureuse venait à disparaître, il y perdrait en même temps tous ses arguments de campagne. Qui s'imagine que la dernière sortie médiatique de Jean-Marie Le Père (Humour ! Encore et toujours) est un dérapage incontrôlé et non le moyen donné à ses petites chéries de positionner définitivement le FN parmi les partis politiques « comme il faut ». En revanche on imagine aisément le bonheur du frontiste moyen aux commandes des derniers joujoux sécuritaires de Manuel Valls. Plus de flics, plus de barbouzes, des micros chez les opposants... le meilleur des mondes !

 

douce franceÀ Béziers, faute de réponses, on ne se pose pas de questions. Arrières toutes ! Cap sur le bon vieux temps. Binious et ménestrels à fond les ballons, de quoi vous dégoûter d'une ballade en ville. Fête 1900. Le disque d'accueil de la mairie fredonne « Douce France ». Pour mémoire, Charles Trenet était PD. Pour être raccord sur le thème du mariage gay il faudrait changer pour un titre de Michel Sardou. À mon avis. Sinon ça prête à confusion. La Gaule. Bien sûr. Il ne manque plus que la découverte des ossements de « l'homo-biterricus », pendant les fouilles à l'ilot des chaudronniers, pour faire de notre ville le berceau de l'humanité. Cap sur l'Algérie française, cela va de soi, quand les Arabes étaient chez nous en Algérie.

Le point faible de la démocratie est de laisser passer à travers les mailles des suffrages un individu qui ne joue pas son jeu. Le meilleur exemple reste Adolf Hitler, élu par le peuple allemand, et responsable par la suite de la plus joviale boucherie de l'humanité. Hélie de Saint Marc, au commandement de ses légionnaires, considérait sans doute le coup d'Etat comme un événement démocratique majeur. L'OAS, que Bob Ménard porte dans son cœur, a tenté à plusieurs reprises d'assassiner le président de la République de l'époque. Une organisation terroriste en somme. On se souvient tous de la banderole « Non au terrorisme islamique » baladée sur le parvis de l'hôtel de ville après la tuerie de Charlie. Il était bon de préciser « islamique ». En attendant, notre petit führer fait fureur (Je vous avais prévenus).

A l'heure où l'on ne sait plus quoi penser à part ce que pense le dernier qui a parlé, que dire de la laïcité ? Un cul béni décide d'installer une crèche dans le hall de la mairie, à quand le bénitier ? C'est laïc. Deux adolescentes arrivent au lycée couvertes d'un foulard. C'est de l'intégrisme. On peut discuter mais c'est pourtant clair : l'enseignement est laïc, pas l'élève. L'état est laïc, pas le citoyen. Par excès de zèle, un proviseur de lycée de banlieue nous en a fait un fromage, et depuis 1998, à chaque élection on remet ça sur le tapis. Ménard jette de l'huile sur le feu, ça lui permet d'exister. Le gouvernement actuel, moins polémique, veut un débat sur l'heure d'été. Un bon sujet pour occuper le champ médiatique en ce début de printemps ! Tout le monde s'en tamponne. Le flop ! Encore un effort et le PS sera bien à l'aise sur les questions de « sécurité ». À temps pour les prochaines élections ?

 

Liberté. Liberté chérie. Combats avec tes défenseurs !

 

« Loi de renseignement : 63% des français favorables à une limitation des libertés individuelles... ».  « Liberté. Liberté chérie. Combats avec tes défenseurs ! ». C'est pourtant dans la chanson. À quoi bon forcer les gens à chanter s'ils ne comprennent pas les paroles ? J'en ai une bonne : la France basse du front. Le bon côté des choses, c'est qu'à Béziers, après une indigestion de ménardises, on aura moins de mal à digérer les marinades. (Métaphore gastronomique en hommage au vainqueur de top chef).

Les gens sont fous, les temps sont flous. Moi aussi j'aime les vieilleries, c'est de bon ton à Béziers, comme chacun sait depuis la coupe de 1974, il n'y est rien arrivé de bon. On se demande ce que Dutronc aurait bien pu chanter de nos jours, à l'époque du télé-pomme (soutenu par l'ensemble de la rédaction, j'ai décidé de ne rien lâcher sur le terrain du calembour). Ce disque date de 1966 et les paroles de Jacques Lanzmann n'ont pas pris trop de rides : « Sur une nappe de restaurant », « Mini-mini-mini », « Et moi et moi et moi » et autres « Cactus ». La quantité de chinois n'est bien sûr plus d'actualité mais les chansons collent assez bien à l'air du temps. Pour quelles raisons Ménard voudrait nous embarquer sur sa machine à remonter le temps ? Le manque de vision et de projet sans doute.

Prenons pour exemple la place du forum. Ménard dans ses œuvres ! Démontage en grande pompe de l'abris-bus. Personne ne s'est plaint de la disparition de ce tas de ferraille. Démontage des plots à tête de chameau. Et pour finir, sous la pression des commerçants du coin, transformation de la place en parking. Ça fait rêver !

Je me souviens très rarement de mes rêves. Du coup je rêvasse de jour, de gens moins cons et d'un monde meilleur, Foutaises ! Ma copine, elle, rêve. Une vraie machine. Un matin, au réveil elle me dit : « Le temps des cerises n'est plus ce qu'il était ».

Bien le bourdon ! Et au mois prochain pour une bonne partie de rigolade.