Ménard n'a peur de rien ! Nouveau spécimen de gesticulateur précoce, il n'a de cesse de se multiplier sur tous les fronts pour exhiber son ardeur et sa détermination. Les biterrois craintifs exultent, ravis, sécurisés, la conscience légère : voici 8 mois que notre maire Rambogétorix répand à coup de gaule ordre et sécurité sur notre biterre. Peu question de muscles en sa personne, mais une volonté, inébranlable, qu'il bande à foison à chaque sacrilège délictueux.

Un crachat ? Le voilà qui se jette à la gorge de l'impétueux hypersalivateur !
Du linge aux fenêtres, un string qui pendouille ? De ses dents il arrache tous les fils de cette ignominie ménagère et rétablit la morale bafouée. La liberté d'expression et de parole se meurent ? Il t'invite Zemmour, De Villiers, et s'il le faut le Ku Klux Klan, Pétain et Himmler en guest stars. Tu vas voir, ça va décomplexer à mort tout ça. Il n'a peur de rien, te dis-je, l'Etat Islamique menace des chrétiens (oui les autres, il s'en fout) en Syrie, n'aie crainte Biterrois, à tes frais ?, il se transforme en Jeanne d'Arc des temps modernes pour bouter l'Etat infidèle. Des fonctionnaires, qui d'une oisiveté bienheureuse, s'astiquent paisiblement dans une ville qu'il suppose salie par des colonies de Maures ? ET HOOOPPP il te les remet au turbin, comme ça de sa puissante conviction, d'une parole sonore et résonnante : « BOUHHHHH » (oui, ça fait peur, je sais). Le centre-ville se meurt, te bile pas petit boule, il rachète Lafayette, la statue de la Liberté ou le Vatican pour se la lustrer comme antan devant Béziers.

 

IL N'A PEUR DE RIEN !!!!!!!

 

Enfin si, il a peur. On a tous nos petites phobies. Lui c'est une toute petite chose, un rien, une idée, un concept. Il a peur de l'Étranger, l'Autre, le pas comme lui, enfin le moins blanc que lui, ça le terrorise, alors il les traite de terroristes. Et moi qui bosse avec ce qu'on appelle un public migrant, je ne cesse de m'interroger. Pris d'une fulgurante crise d'empathie aiguë, j'ai essayé de ne pas juger l'homme, de le comprendre. Alors soudain, j'eus une vision, claire, précise. Je me suis vu, quand enfant, promenant mes gambettes appétissantes à l'air, je fus sauvagement mâchouillé par un yorkshire sanguinaire. Et si les quelques égratignures sur mon épiderme disparurent rapidement, elles laissèrent en revanche dans mon subconscient une peur paralysante des canidés courts sur pattes. Quand l'idée de buter toutes ces sales bestioles à vieilles bourgeoises devint une réalité qui s'imposait à moi, j'ai décidé de me prendre en main. Grâce à l'association « Les yorkshires sont nos amis, il faut les aimer aussi » (car non je n'étais pas seul dans cette situation), j'ai réussi à m'en sortir. Depuis je vis un amour véritable avec une petite femelle york super sexy, sans pedigree, sans papiers, ni vaccinée ni tatouée, et j'ai tout quitté pour fonder une famille avec elle. Nous attendons notre première portée (c'est pour fin décembre, vers le 25), avec beaucoup d'impatience.

Si je m'égare dans l'absurde c'est que cette peur de l'Etranger l'est tout autant. Je me fous de savoir si Ménard s'est fait mordre, voler son goûter, ses playmobils par un supposé immigré. Il eut été préférable, lui qui s'est fait pénétrer par la foi catholique, qu'il brandisse, s'exclame, exulte des mots de fraternité :

PAIX ET AMOUR MES FRERES !!!!

PAIX ET AMOUR..

Paix et amour...

 

Au lieu de cela, rien de mieux que quelques pets et Zemmour, autant de flatulences pseudo intellectuelles, nauséabondes, qui vous font pousser des idées racistes sur le cadavre de nos illusions occidentales.

 

Et bien sûr que ça marche, quand on est à ce point dans la merde, on ne se rend plus compte à quel point ça pue et on prendrait la première perche qui passe pour s'en sortir. Alors trop d'immigrés et étrangers à Béziers ? Le Maire n'a aucune compétence pour en décider : biterrois depuis toujours, biterrois qui vient de Maubeuge depuis 8 mois ou petits-fils né à Béziers d'un grand père réfugié espagnol ou d'un ancien travailleur que la France a fait venir d'Afrique du Nord, c'est kif kif bourricot. Trop d'étrangers, d'immigrés en France ? De quoi parle-t-on au juste ? On veut les renvoyer chez eux, ça tombe bien pour une grande majorité, ils sont déjà chez eux. Quoi : des gens qui bougent, qui s'expatrient, qui voyagent ???? Ça va pas nous faire peur quand même !? C'est curieux non, quelques 2,5 millions de français qui vivent à l'étranger, on appelle ça des « expatriés » et ça c'est bon pour la culture et le rayonnement de la France qu'on nous dit. Tiens c'est pas de l'émigration/immigration ça ? Non non, mon p'tit bonhomme, c'est du voyage, de l'aventure, de l'échange...

Un cadre moyen qui va travailler à l'étranger, c'est du développement de compétences. Si c'est un cadre africain qui vient en France et finit par ramasser tes poubelles, il vient t'enlever le pain de la bouche. Un réfugié qui traverse la Méditerranée pour sauver sa peau et qui, l'âme en exil, pleure un pays ravagé (même que des fois on n'y est pas pour rien dans le ravage), c'est un assisté en plus. Un réfugié fiscal, qui traverse les Alpes pour sauver quelques millions récoltés sur les dividendes du travail des autres, c'est pas bien de sa faute, pauvrette, même qu'on est prêt à baisser notre froc pour qu'ils reviennent, lui et ses millions qui sont un peu à nous.

Des descendants des peuples colonisés viennent en France au nom du respect de la vie familiale (tiens, il en parle pas du carré musulman des « morts pour la France » au cimetière de Béziers ?), on nous parle d'invasion. Des colonies d'expatriés qui trustent les places fortes et s'enrichissent grâce aux ressources agricoles, vivrières, pétrolières et minérales, c'est de l'aide au développement. Et encore, on ne parle pas de l' « expatriation » des capitaux, qui s'en tamponnent pas mal des frontières et du patriotisme et qui vous ruinent un continent entier à coups de grandes théories ultralibérales, de dettes, de plans d'aide financière.

Tout ça est caricatural ? Oui, certainement.

 

Mais quand on en voit tous les jours des « immigrés », on voit avant tout des histoires particulières d'hommes et des femmes, pas pires que les autres, mais pas meilleures non plus. Et quand on réfléchit à l'immigration, avant de croire que Béziers et la France sont le centre du monde, on se demande pourquoi les gens se jettent sur des routes incertaines...

 

Et c'est là, si Ménard and co veulent décomplexer la parole sur l'immigration, qu'ils devraient placer le curseur : pourquoi on crève de faim alors qu'on n'a jamais produit autant de richesses ? Quelle est la place des entreprises occidentales, descendantes parfois de concessions coloniales, dans l'exploitation des richesses des pays dont ça nous arrange bien qu'ils soient sous-développés. Aucune prétention dans le propos, nous essaierons à Béziers, puisque Ménard ne semble pas vouloir le faire, d'apporter une petite contribution. Nous proposerons de temps à autres quelques portraits d'expatrié-e-s guinéen-nes, tchadien-nes, congolais-es, turc-ques, arménien-nes...et présenterons quelques points de la situation dans ces pays, avec en filigrane la place que peut y jouer la France.

Et en attendant que ça aille mieux (prévu pour l'an 2157), que faire ?
Un peu de paix, de sérénité pour discuter de tout ça, avec nos désaccords, mais sans violence ni haine. Et à tous les effrayés et les effrayeurs, ne vous inquiétez pas, ça va bien se passer, ça va aller...on respire un grand coup...

La Peur Ménard Rien...
La peur ne mène à rien...