Nous avons eu la joie d'apprendre au dernier conseil municipal que les moyens financiers de notre ville permettaient de se payer très très cher des avocats de haute volée (volés?). En effet, à la suite de l'inqualifiable agression dont a été victime notre édile de la part de l'ignoble "Monsieur X" cité dans le numéro de février du JDB, une plainte en diffamation a été déposée.

Aucun des 163 avocats du barreau de Béziers n'ayant la pointure nécessaire pour porter ce lourd fardeau nécessitant un immense panache, il a été fait appel à un avocat parisien qui doit être une diva, car ses honoraires sont rien moins que stratosphériques, en l'occurrence...12000 euros.

A la question posée par une avocate biterroise sur le décalage entre la banalité de la démarche : dépôt d'une plainte en diffamation et le montant des honoraires, le maire a sobrement répondu qu'en mentionnant dans le patronyme de cet avocat, la racine "gold", cette dame se rendait coupable d'une parole anti­sémite dont il allait informer qui de droit...

C'est tout... La meilleure défense est encore l'attaque. Notre maire vient donc de se payer sa Rolex, il est Grand. Espérons que pour ce prix, l'affreux "Monsieur X" dont nous attendons tous, en salivant, la capture, sera obligé au moins de lécher en public les semelles du cher diffamé, qu'on en ait pour notre argent. Et bon courage aux pauvres ploucs qui sont à l'aide juridictionnelle !