A Béziers on se traite de piche depuis des générations. On se traite de piche de village (c'est un superlatif), de piche con (c'est plutôt affectueux), d'enfoiré de piche (c'est plutôt coléreux), de putain de piche (c'est carrément coléreux)...

Par Didier

Le piche, c'est un peu notre couillon à nous, il peut être sympathique mais il peut aussi irriter grave. Être piche ou pas, c'était jusqu'à présent réservé aux limites du canton, une sorte d'appellation d'origine contrôlée, un entre soit biterro- biterrois. Et ben c'est fini ! Par une décision du journal de Béziers et du conseil municipal, un promoteur corrézien, Piche promotion va installer dans les anciens locaux de l'IUT au Port Neuf, pas moins de 5 centres de formation privés à 10 000 euros l'année scolaire. Pour connaître les arcanes du mot piche, des étudiants friqués du monde entier vont se ruer sur notre belle cité et pratiquer la théorie du ruissellement.

11piche

Ils vont promouvoir la piche attitude au-delà des limites du canton. Bientôt, Donald traitera Kim de piche et la célébrité biterroise tant recherchée sera enfin consacrée devant un monde subjugué. Béziers sera la capitale mondiale du vin et des piches ! Ah oui, . . .
J'allais oublier : Piche Promotion c'est aussi un promoteur qui va commencer par raser l'ancien IUT pour construire 400 logements.
Suite à un vote au conseil municipal, la ville de Béziers s'est portée caution de l'opération immobilière à la place de Piche promotion pour une somme de 3 millions huit cent mille euros.

 

 

Dis, Robert, tu ne nous prendrais pas pour des piches ?

 Une chronique que vous pouvez réécouter sur le site de Radio Pays d'Hérault https://www.rphfm.org/vie-a-beziers-lemission/