Il n'aura pas fallu attendre bien longtemps pour que le baron noir étale sa libido surdimensionnée dans son Béziers à lui perso. A la suite de la victoire de sa femme aux législatives de juin 2017, à l'instar d'un paon, il vient d'annoncer qu'il allait faire la roue sur les allées Paul Riquet.

Par Didier,

Une roue de 32 mètres de hauteur, de 29 mètres de diamètre qui passera à moins de 10 mètres des façades du petit côté des allées et à 17 mètres des façades du grand côté. Il y aura de quoi épater sa belle !

Le paon est un animal ridicule qui parade bruyamment dès qu'il se sent regardé. Faut-il des spectateurs ?


baronnoirvSa moitié pourra le voir parader depuis les fenêtres de son appartement puisque la roue en question va trôner sur le bas des allées à l'emplacement du giratoire de la légion d'honneur, entre celui-ci et l'entrée du plateau des poètes. Cet arc de triomphe municipal marquera l'entrée dans un Béziers reconfiguré autour de l'appartement du nouveau couple présidentiel biterrois, place de la citadelle. En rentrant en Ménardie, le Biterrois moyen commencera par s'agenouiller sous la roue municipale. Puis il récitera trois ave et trois pater en se prosternant 300 mètres plus haut sous les fenêtres du palais présidentiel du maire et de la députée. Ensuite il donnera son obole, 300 mètres plus haut, pour aider son seigneur et maître dans le rachat de la chambre de commerce et des Galeries.

 

 

 

Puis enfin, pour terminer cette remontée des Champs Élysées biterrois, il aura droit à la projection d'un son et lumière sur la façade du théâtre municipal, qui revisite, façon intégriste chrétien, l'histoire de la ville.


Le plus triste dans tout ça, c'est que le conseil municipal a voté à l'unanimité le lundi 17 juillet le projet de roue municipale bouclant la reconfiguration des allées Paul Riquet qui doit voir le jour pour l'été 2018. Pas une voix ne s'est élevée dans l'opposition, à gauche comme à droite, pour signifier la mégalomanie du maire. Pas une voix n'est venue rappeler que Béziers ne se réduisait pas aux quelques centaines de mètres qui entourent l'appartement du baron noir. Pas une voix pour indiquer que la plupart des Biterrois vivent en dehors des Champs Élysées dans une ville sinistrée, éventrée par des travaux de voirie jamais terminés. Pas une voix pour demander la plus-value estimée en cas de revente du palais présidentiel biterrois suite aux travaux engagés autour de celui-ci.


Le paon est un animal ridicule qui parade bruyamment dès qu'il se sent regardé. Faut-il des spectateurs ?