Jupiter a été nettement élu, et après lui, un aréopage de députés à sa botte. La stratégie de la présidentielle : nouveauté, jeunesse, mouvement distinct des partis politiques connus, vaguement anti-système, vaguement tout d'ailleurs au début

Par Khan Did,

12jupiter

«je vous aime», «j'ai besoin de vous», «la vie au quotidien que j'ai perdu de vue», «j'ai besoin de vos énergies», apparence de compétence, bien habillé, bon garçon... Une rupture certaine avec papa Hollande, jouant du repoussoir d'une Marine Le Pen apparaissant sous son vrai jour lors du débat télévisé, une absence d'agressivité, et surtout un soutien médiatique indéfectible, les médias étant aux mains des gens de son monde.

Pour les législatives, les têtes nouvelles, dont l'inexpérience juvénile pouvait être attendrissante, et l'énorme abstention des non-motivés par une élection de plus, considérée comme acquise - calendrier électoral oblige- et qui, de toute façon, n'empêcherait pas les ordonnances jupitériennes annoncées.

Un début de présidence porté par un système de communication très efficace, qui « scotche » quelque peu l'opinion publique, médias toujours fringants et loin des analyses froides indispensables, un contexte de Brexit abondamment plombé par les commentateurs, un Trump incontrôlable faisant briller notre astre par contraste: «Make the planet great again» ...

 

Comme dit la presse, l'alignement des planètes lui est favorable.

 

Ne laissons pas s'éteindre la lueur d'espoir portée par l'Avenir en Commun, surtout auprès des jeunes, lucides devant la destruction froidement annoncée du Code du travail, l'absence de vrai projet d'écologie énergique, malgré (?) le recrutement pour le buzz de Nicolas Hulot – libéralisme et écologie est un oxymore-, le projet anti-démocratique qui nous est clairement exposé.

Reprenons-nous, ce ne sera pas facile, mais il n'y a pas le choix.

 

 

12Vmacron