L'association « Collectif compteurs », associée à « Robin des Toits », nous communique le fait suivant :
Une directive européenne enjoint aux pays de déployer des compteurs (d'eau, de gaz, d'électricité) dits « communicants », c'est à dire assurant une communication permanente entre le domicile du consommateur et la centrale de distribution.

Par Khan Did,

Cette communication repose sur un système de type téléphonie mobile, fondé sur les ondes électro-magnétiques du téléphone cellulaire. Il y a donc création de champs électro-magnétiques de plus en plus denses.


L'Europe dit cependant que ces systèmes sont conseillés sous réserve qu'ils soient économiquement performants. C'est la raison qui a motivé le refus par l'Allemagne de leur déploiement.


La technologie choisie pour le compteur électrique Linky étant dangereuse pour la santé humaine, inflationniste, et sujette à un véritable espionnage des habitudes des consommateurs, les associations précitées ont obtenu un rendez-vous avec la mairie de Béziers pour expliquer, remettre une documentation et demander une réunion d'information publique.


Les maires ou les syndicats de distribution de l' électricité composés des maires locaux sont propriétaires des compteurs et des réseaux dont ils délèguent l'exploitation aux compagnies distributrices, ici Enedis, ancien ERDF. Il a été rappelé qu'aucune compagnie d'assurance ne couvrant les effets matériels et sur la santé humaine des ondes électro-magnétiques, les maires se retrouvent en première ligne en cas de problèmes.

 

Près de 400 villes françaises ont refusé lors d'une délibération municipale dûment motivée le déploiement de Linky.

 


Quelques temps plus tard, sans nouvelles, les associations appellent et apprennent que le maire prend des informations auprès d'Enedis.
Puis les Biterrois voient les compteurs Linky être installés, sans aucune information municipale préalable.

Ils apprécieront l'estime dans laquelle ils sont tenus et la démocratie qui leur est proposée...