Le baron noir se projette dans le futur : vers un Béziers 1930 ou un Béziers 2030 ? A la suite d'un effroyable suspens sur le devenir de son avenir politique qui l'a fait hésiter entre : - devenir le directeur de campagne de Marine Le Pen pour les présidentielles - fonder un nouveau parti qui réunisse la droite extrême et l'extrême droite, - bouter l'islam hors d'Europe. . .
Par Didier,

...le baron noir a donc décidé de réduire ses ambitions nationales et internationales et d'assurer ses arrières en visant un deuxième mandat municipal. Les biterrois apprécieront d'être à nouveau courtisés après 3 échecs consécutifs qui devaient faire de Béziers un simple tremplin. Quitte à se rabattre sur le local, à l'instar des autres entreprises familiales de l'extrême droite (les Bompart dans le Vaucluse, les Jamet dans l'Hérault, les Le Pen dans le Nord, les P.O, la région PACA . . .), le baron noir va lui aussi fonder sa petite entreprise familiale avec la candidature de sa femme aux prochaines élections législatives. Si pour le premier parachutage, le rêve du carnet de relations lié aux émirs Qataris et de la présidence de Reporter Sans Frontière avait été vendu aux biterrois, il fallait innover pour espérer briguer un second mandat !

 

Un manège pour rouler les biterrois l'attention est délicate !

Le baron noir a donc sorti sa machine à remonter le temps et a fait dessiner le Béziers de 2030. On remarquera au passage que le baron noir n'est pas très bon en maths puisqu'un hypothétique second mandat le projette en 2026 et pas en 2030. Pas très rassurant pour quelqu'un qui gère les finances municipales !

Dans ce Béziers de 2030 (aux dires du JDB de mars 2016), l'imagination serait au pouvoir. La première attraction proposée serait une grande roue, haute d'une quarantaine de mètres. Un manège pour rouler les biterrois l'attention est délicate !

La seconde attraction proposée serait un tram : "silencieux, racé, hyper-pratique et écologique". Sans doute grâce aux excellentes relations entretenues avec l'agglomération ? La troisième attraction proposée serait un immeuble végétalisé, mais : "la situation précise ne peut pas encore être dévoilée". La quatrième attraction serait la tour d'Oc, un monument ultra moderne, mais : "ce que vous découvrez dans ce JDB est évidemment une vue d'artiste".

 

A4tourdoc

Toutes ces attractions vendues par des petits hommes verts très "bande dessinée" des années 1950 sur la couverture du numéro 52 du JDB rappellent la seule certitude qui existe : le futur du baron noir, c'est le passé ! Le magicien d'"OZ ta droite" ne sait faire qu'une chose, regarder en arrière. Vers une Algérie qui n'existe plus, vers des blouses tristes et des levers au drapeau pour les écoliers . . . Un second mandat consécutif propulserait à coup sûr Béziers vers les années 1930, sûrement pas vers les années 2030. Et pour ce qui est des parcs d'attractions, autant aller les visiter là où ils sont.


Si vous aimez, vous en aurez, là au moins, pour votre argent !