Voici un florilège de titres que vous avez pu voir dans le Journal de Béziers n°54. S'ils vous ont échappé, vous n'avez rien perdu. On croyait avoir lu le pire, mais non, le JDB peut aller jusque dans le caniveau !

De Jean-François Gaudoneix

 

En couverture

33assassinepatrimoine

Titre de l'édito

35fairepeur

En page 15

31agglopoignarde

En page 17

Que d'agressivité !

Que cherche la municipalité de Béziers en tirant sur tout ce qui bouge ?
Un bulletin municipal, ce doit être autre chose qu'un diffuseur de haine. Hélas, à Béziers, la haine semble être le carburant de la municipalité. Il y a bien d'autres choses à dire, à faire, que de jeter l'anathème sur les autres. Qui saura le faire entendre à M. Ménard ?


Et l'on retrouve toujours la même finesse dans l'illustration !

Pour illustrer le patrimoine, une petite fille avec une hache ? (édito)

36fillettehache
Pour illustrer un graphique de la dette municipale ??? (page 9)

310velodescente


Pour illustrer le parking place du 14 juillet, deux laborantins ???             (pages 12 et 13).

34collageparking

La photo de droite eut été préférable. 15 voitures, jeudi 6 avril à 15h... pour 300 places !
Mais ça aurait prouvé, que même réduit de moitié, le parking était inutile....

Ce poignard prend toute la page 15 !

38poignarde

Ce poignard pour illustrer le manque de subventions de l'Agglo! (page 15). La Pieuvre du Midi, parle pourtant de 40,4 millions d'euros de subventions pour la ville Béziers. Une vraie cagnotte pour la ville de Béziers....

Pour illustrer la gestion du syndicat intercommunal du Libron (page 17).

312vomirwc

Pour les vins espagnols. (page 20)

32arnaque

Pour illustrer la Reine de Béziers 2017...(page 31)

39reinemod

Rien que du bon goût, je vous dis !

Et l'ex reporter sans frontières, fin connaisseur en journalisme, nous administre cela tous les 15 jours...
Déjà, un article d'EVAB (n°10) avait souligné le peu de mots (moins de 900 dans le JDB n°26) sans compter les 780 mots des tribunes libres de l'opposition.
Une telle presse, pleine de haine, de vulgarité, ne peut que nuire au débat citoyen de la ville de Béziers.
Et le maire est fier – paraît-il – de son JDB !!! Hélas, nombreux sont ceux qui en ont honte.