Edito

50 ans de feria à Béziers . . . le dossier

1editorialLes 50 ans de la feria à Béziers méritaient un dossier car ce rassemblement (qu'il soit apprécié ou pas) façonne l'identité biterroise. Identité tauromachique bien sûr, mais pas seulement. Les identités sont des constructions, elles ne sont jamais neutres, elles sont toujours en mouvement. Elles sont façonnées par les humains qui les utilisent, façonnées par les politiques publiques qui les financent. C'est pourquoi dans ce dossier nous vous proposons de nous interroger sur les identités fabriquées pendant le temps de la feria. 

Lire la suite...

Dans le vif du sujet

Analyse de l’activité Twitter autour des« hashtags » (ou « mot dièse ») #Béziers et #Ménard sur plusieurs mois.

Par Koniec

L’homophobie est de ces sentiments haineux qui traversent clivages religieux, fascismes et totalitarismes pourtant parfois antagonistes. Petit tour d’horizon multiscalaire.

Par Didier

Face à la communication envahissante du maire de Béziers qui, deux fois par mois vient bourrer les boîtes aux lettres des Biterrois et leur crâne à grands renforts d'un journal dont le contenu nauséabond renvoie une image détériorée de la ville, des Biterrois se sont engagés dans une action citoyenne.

Par RasKarKapaK

Frontex est l’agence européenne pour gérer les frontières extérieures des États membres de l'Union européenne (en abrégé « Frontières extérieures »). Son siège est à Varsovie (Pologne). Elle coordonne les garde-frontières de l'Union avec les États non-membres.

Par Arsène

Au 41 rue Ambroise Thomas, non loin de la place Émile Zola, existe désormais un local associatif. La porte poussée, Banlieue Rouge s’échappe de l'enceinte, au comptoir Nini et Camille représentantes de la Cloch'Arts expliquent l'objet de cette association collégiale.

Par RasKar KapaK

 

 « Décomposez la Grèce, réduisez-la à ses éléments essentiels, écrivait le poète Odhysséas Elytis, et il ne restera qu'un olivier, une vigne et un bateau... ».

Samson

Dans un fatras sémantique qui mêle le droit romain aux procès de Nuremberg, les « nostalgériques » du mouvement Veritas vont tenir un congrès à Béziers le 12 septembre 2015. Ils seront accueillis par le maire de la ville (extrême-droite), son député (droite extrême) et son altesse sérénissime le prince Sixte Bourbon de Parme (arrière-petit-fils de Charles X qui, depuis qu'il a perdu le trône de France, semble noyer son chagrin dans l'alcool et le jambon).

Par Didier

Le paradoxe du logement à Béziers : de plus en plus de logements vacants, de plus en plus de mal logés ! C’est tout le problème de Béziers. Un centre ville où les logements indignes sont légions. Un centre ville où les logements vides foisonnent…

Par Abdelslam Gaudoneix

Les ardents et justes défenseurs de la Laïcité sont interloqués par la décision rendue par le Tribunal Administratif (TA) de Montpellier en date du 16 juillet 2015 (2).

Par DG. Rojoyverde

 

Marinaleda : sans Marine, là-bas un autre monde est possible !

Par Didier

 

Il n'est plus possible pour personne d'ignorer les dégâts des produits phytosanitaires très largement employés en agriculture professionnelle, dans les jardins familiaux et dans les espaces publics (campagne de l'association « Générations futures », étude du Pr Gilles-Eric Séralini menée fin 2013, citée par Terre-net).

Par Khan Did

Au XXIe siècle, nombreuses sont les personnes qui pensent que dans nos démocraties, la liberté de la presse est une réalité. Que la presse muselée, c’est bon pour les pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine ou la Russie. En fait, dans les pays dits « développés » les choses se passent autrement, de façon plus insidieuse, mais tout aussi efficace. Qu’est-ce à dire ?

 

La communication de Robert Ménard suit un fil conducteur : les discours, interviews et articles dans le bulletin municipal tissent en toile de fond un mythe qui justifie l’islamophobie. Dénouons les fils de ce mythe pour observer quelles fibres lâches le structurent. Pourquoi y adhère-t-on : pour recouvrir d’un vêtement une nudité de pensée ou pour se conformer à la société de masse ? Quels sont les ornements sacrés de cette toile qui subjuguent le regard ?

Bonne nouvelle pour EN VIE À BÉZIERS,  Robert Ménard a trouvé un nouvel angle de propagande pour sa communication dans le journal municipal de Béziers.

En janvier dernier, c'était la Grèce et la surprise Syrisa qui remportait les élections législatives. Le monde de l'argent ne s'en est pas encore remis.

Quand la violence fait partie de l’arsenal idéologique. Depuis l’entre-deux guerres les organisations d’extrême droite qui ont passé la ligne blanche identitaire de la loi républicaine sont légion. Toutes ou presque ont été dissoutes suite à des attaques contre la république ou ses valeurs. Toutes ou presque sont réapparues peu de temps après sous une autre appellation avec les mêmes militants.

Voyage dans un département qui a failli être gagné par l’extrême droite : l’AISNE

Vingt ans de crise économique qui n’en finissent pas, des fermetures d’usines et des chômeurs à la pelle, l’Aisne en Picardie ,c’est Béziers à l’échelle d’un département.

 

Comment Robert Ménard se présente en chantre du « principe de précaution » dans le domaine des ondes électromagnétiques de téléphonie mobile, en faisant la promotion d'un grigri, pour le compte d'une société aux activités « ambiguës » et sur le dos des agents municipaux ?

 

Les deux affiches municipales à la gloire du vin rosé ont de quoi laisser quelque peu perplexe…

 

Faisant suite aux propos incendiaires du maire de Béziers à propos de son initiative personnelle de ficher les enfants selon leur nom, une partie du personnel du collège Katia et Maurice Krafft a adressé une lettre au premier magistrat.

Paul Jorion [1], économiste, sociologue belge, fut le premier à déclarer sur les plateaux de télévision cette chose invraisemblable ! Nous savons tous que nos hommes politiques de tous bords luttent contre ce fléau social, le chômage. Pas un média ne reprend cette annonce ! Et pourtant…

Comment expliquer les succès du Front National dans le biterrois ? Au soir du dimanche 30 mars 2015, la sentence tombe ; dans les 3 cantons du biterrois le FN gagne au deuxième tour des départementales :

En octobre 2010, à l'initiative de Cherif Berkane, Michaël Rachedi, Akim Khadir et Youssef Bounoua, le Club Socrate prenait racine à Narbonne. Entre constats lucides et propositions concrètes le Club Socrate se veut un facteur d'effacement de différences œuvrant pour un « meilleur vivre ensemble ».

Dans le n°2 de notre journal, nous avions déjà abordé ce sujet quand, à l'automne 2014, nous avions eu droit à des communications fracassantes de MM. Lacas et Ménard à propos du prix de l'eau. Chacun y est allé de sa surenchère.

Au secours, Big Brother est devenu français ! À la suite des opportuns attentats de Paris en janvier, nous sommes à la veille du vote de la "loi sur le renseignement" présentée par M. Valls, qui donne toute latitude à l'exécutif pour mettre l'ensemble de la société civile sous surveillance, façon "Patriot Act". Elle va passer le 5 mai à l'Assemblée.

Loin de Jeanne d'Arc et du nationalisme, l'histoire du 1er mai commence à Chicago en mai 1886. Les événements, qui vont se conclure par le massacre de Haymarket square, s'inscrivent dans le contexte de l'essor rapide de la grande industrie à partir des années 1860 aux Etats-­Unis d'Amérique.

Depuis l'élection de Robert Ménard, les affiches municipales sur la centaine de panneaux publicitaires de la ville sont la vitrine d'une politique. Elles s'érigent dans les rues de la ville comme de nouvelles pousses d'un arbre rhizomateux.

Comprendre la résurgence fasciste contemporaine à travers le prisme de Ni droite ni gauche. L'idéologie fasciste en France, de Zeev Strenhell. Cet excellent ouvrage rectifie le révisionnisme à la française qui efface l'empreinte fasciste dans l'Histoire de la France.

Le parti­-pris de l'auteur est de démontrer de manière solidement documentée, que la pensée fasciste est profondément enracinée dans la mentalité française. Elle se développe en réaction à l'esprit des Lumières, à son universalisme rationnel.

Après l'expulsion des Roms de la déchetterie Brault, la 4° en 6 ans (et ils sont toujours là...), le traitement indigne qui leur est réservé, la non-application de la circulaire Valls prévoyant préalablement à toute évacuation une organisation d'un nouveau logement, et les paroles du porte-parole du gouvernement, Stéphane Lefoll : « Il faut absolument chercher à les faire retourner d'où ils viennent », un rapide survol de leur situation dans l'Union Européenne est résolument nécessaire.Tout d'abord, se souvenir de ce qu'ils disent unanimement: « Nous fuyons une situation insupportable en Roumanie, où nous sommes pourchassés et " pogromisés " ».

Enquête sur un crash environnemental, parallèle avec le traitement du nouveau crash économique de Béziers, ou Jules Védrines et Robert Ménard sur le toit des galeries Lafayette.

Depuis les victoires municipales et départementales du FN en mars 2014 et 2015, une question est posée aux progressistes Biterrois : une situation identique à celle d'Orange est-elle en gestation dans la ville et ses environs ?

Passe, passe le buzz, y'a du monde sur la corde à linge (mais de monde de moins en moins à Béziers). Il paraît que depuis qu'il est arrivé à la municipalité, le maire de Béziers se gausse des nombreux « buzz » qui, selon lui, font à nouveau parler de la ville.

Né en 1911 et reconnu d'utilité publique, le mouvement des Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF) avance des idées liées à la Paix et à la Fraternité. À Béziers il existe un groupe d' Éclaireuses et Éclaireurs de France qui accueille tous les enfants sans distinction pour participer à des activités basées sur le scoutisme (en relation avec l'environnement, la nature), mais ce sont aussi la laïcité et bien d'autres valeurs fondatrices d'une société apaisée, qui sont approchées lors des regroupements.

A Saillans, village de la Drôme, une liste collégiale qui pratique la démocratie directe à été élue dès le premier tour des élections municipales de mars 2014. Dans cette commune de 1199 habitants, le collectif « Autrement pour Saillans » à été élu avec 56,77 % des suffrages. Le lendemain de cette élection, le nouveau maire, Vincent Beillard confie au Dauphiné Libéré : "je pense que l'époque où le maire décide tout, c'est fini !".

Ondes, flotte, collaboration et servilité des politiques, opacité, maquillage et manipulation de l'information ou comment le fabuleux trio[1] installe la télérelève des compteurs d'eau sur Béziers et prépare la venue des compteurs GASPAR.

L'affaire commence au printemps 2014. La Coordination Biterroise[2] est interpelée par le Collectif Vigilance Compteurs Sans Fil créé autour de l'école de La Chevalière où une antenne vient d'être en catimini installée sur le toit.

Y'a des Punks dans mon Quartier. A la fin des années 1990, en bande originale du film de la société française qui assistait à la montée du nationalisme et du FN, la scène alternative, underground, laissait exploser les décibels d'une jeunesse qui frontalement, dans la rue comme dans les concerts, s'opposait à la poussée nationaliste.

Dans la banlieue parisienne, des rebelles non violents font refleurir et cultivent des terres en friche coincées entre industrie, voirie, centres commerciaux et... agriculture intensive. Portraits des "green guerilleros"

Est-ce que le jardinage peut s'apparenter à une guerilla ? À cette question les "guerilleros gardeners" citoyens pacifiques, armés de houes et de fourches répondent oui.

Je ne pensais pas réécrire un papier sur l'identité nationale, mais le journal municipal continuant sa propagande identitaire, je me sens obligé d'insister.

« Venez nombreux saluer la mémoire d'un héros français ! » Facile à dire ! C'est un peu comme « Libérer la parole ! » : on le crie haut et fort, mais quand il s'agit de gérer l'affluence ou de faire face à ceux qui ont des choses à dire, alors là, c'est une autre affaire !

Une catastrophe, un séisme, un choc ? Les dernières départementales et les scores importants de l'extrême droite n'ont pas manqué d'émouvoir les militants, les républicains, les gauchistes dont je fais partie.

Il faudrait quitter cette ville, faudrait laisser tous nos rêves parler. Suis-je un rebelle si mon esprit est libre ? Serons-nous, toujours, des moutons dociles ? "Une jeunesse à côté", Fabulous Sheep, janvier 2014, titre éponyme.

Le Lien, bus gratuit entre la gare, le Polygone, les allées Paul Riquet et la place de la Victoire a disparu en novembre, et fusionne avec la ligne 3, qui relie le centre-ville à la zone commerciale de la Ginieisse. Il transportait chaque jour 19 000 personnes. La compétence transports appartient à l'Agglomération.

tintin lou-ravi

L'émotion des derniers évènements étant quelque peu retombée, quelles questions cela nous pose-t-il ? Deux thèmes semblent se dégager et faire consensus, certains ayant pris le parti de les mettre à la sauce de l'Unité nationale, d'autres au contraire d'en interroger la légitimité et, s'il y a lieu, demandons-nous ce que cela nous dit de nous ?

Si le concept d'identité nationale est intéressant à cerner, c'est surtout parce qu'il est utilisé à des fins xénophobes, voire racistes, par les politiques. L'expression « d'identité nationale » est apparue dans les années 1980, et petit à petit les politiques s'en sont emparé. Durant la campagne présidentielle de 2007, le candidat Sarkozy en a fait un de ses thèmes majeurs.

Ménard sur l'estrade le 8 janvier

Secrétaire général de Reporter Sans Frontière jusqu'en 2008, Robert Ménard aime à se présenter comme un chantre de la liberté d'expression. Il défend Charlie Hebdo au moment des caricatures, fustige son directeur Philippe Val quand celui-ci licencie le dessinateur Siné accusé d'antisémitisme.

Que s'est­ il passé le 19 mars 1962 ? Si l'on posait cette question aujourd'hui à quelques quidams pris au hasard des rues, combien associeraient cette date tout à fait banale à première vue, à l'acte qui mit officiellement fin à la guerre d'Algérie ?

C'est amusant à sa façon, dans l'une des villes les plus pauvres de France, de programmer une « résurrection » par le luxe. L'équipe municipale qui épingle les journalistes (le « landernau médiatico­bobo parisien s'est affolé », lit­on dans le JDB n°9 du 15 mars 2015, p.3) reproduit exactement les mêmes travers.

Robert Ménard, s'il orchestre la propagande d'extrême-droite à Béziers, révèle combien les politiques de sécurité menées depuis trente ans sous les différents gouvernements, ont permis sa légitimation.

 En mai 2009, la Coordination Biterroise (Coordination des Collectifs ou Comités Biterrois pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé publique), adhérente à l'association Robin des Toits, organise une conférence débat: « Ondes Electromagnétiques Antennes Relais. Comment Concilier Progrès et Santé ? »

Décryptage de la photo de foule du jeudi 8 janvier 2015 et retour sur le Journal de Béziers du 15 janvier, pp. 4­5.La photo sur la double page du JDB du 15 janvier 2015 représente un tableau commun, vu les circonstances : c’est le jeudi 8 janvier 2015.

Sous-catégories