Edito

Bella Ciao, Béziers!

parisienAC'est la rentrée pour Envie à Béziers et l'occasion pour ce numéro 26 de vous présenter notre nouvelle formule, en attendant la refonte de notre site en 2019. Nous continuerons à faire paraître un numéro bimestriel et notre page sera alimentée régulièrement par des brèves sur l'actualité, les dessins de Clo et les annonces de l'agenda. Nous poursuivrons également notre collaboration avec Visa, cette ancienne association intersyndicale de vigilance contre l'extrême droite. La nouveauté c'est que nous publierons nos dossiers en décalé. Et à travers ces dossiers nous nous demanderons où en est notre ville de Béziers, où en est cette ville moyenne dirigée par l'extrême droite. Certains disent que Béziers va mieux. D'autres qu'à part une nouvelle pelouse et la grande roue rien n'a changé. On vous en dira plus sur notre prochain dossier consacré à la politique du cœur de ville. Pour ce numéro 26 il est beaucoup question d'écologie tant elle est préoccupante et aussi des fanfaronnades macroniennes ou ménardiennes, peu préoccupées du bien commun. Bonne lecture et Bella ciao, Béziers !

Comment le baron noir a basculé du côté obscur de la force. Amis antifascistes de Béziers et de toute la galaxie, Bonjour ! Vous êtes nombreux à vous demander pourquoi le jingle de ma rubrique sur RPH reprend la musique de la Guerre des étoiles. Tout simplement parce que Georges Lukas s'est inspiré d'un fait divers biterro / biterrois pour composer sa saga Star Wars.

Par Didier

Il y a bien longtemps, dans les années 1970, dans une lointaine galaxie, un jeune Jedi prénommé Robert combattait les forces obscures de l'Empire :

Il haranguait les lycéens de Jean Moulin accroché aux grilles pendant les grèves.
Il était surnommé Djellaba à cause de sa tenue vestimentaire dans les manifestations de soutien à la Palestine.
Il dirigeait la grève de l'usine d'engrais locale : la Littorale.
Il animait la radio libre biterroise.

Robert était un jeune Jedi valeureux mais l'Empire avait repéré chez lui un égo démesuré et une forte tendance narcissique et autoritaire.
Pour le faire basculer du côté obscur, l'Empire donna un micro à Robert.
Au début, Robert utilisa bêtement le micro comme un haut-parleur.

Sa voix couvrait tout et il pouvait croire qu'il était seul à parler
Puis il s'en servit très vite comme d'un sabre laser pour découper ses ennemis en rondelles.
Pour tromper les rebelles, ses anciens amis, l'Empire confia à Robert les commandes d'un vaisseau spatial baptisé " Reporters Sans Frontières" RSF en langage codé intergalactique.

RSF promena Robert dans toute la galaxie et le fit connaître du vieil Empereur borgne : Jean Marie.
Robert devint le chouchou de l'Empereur.

L'Empereur reconnaissant lui donna les commandes de l'Étoile de la mort qui était garée en double file Boulevard Voltaire à Paris. L'Étoile de la mort c'est une espèce de gigantesque boule de pétanque qui peut tout détruire. Le micro laser à côté de l'Étoile de la mort c'est de la bibine. Avec l'Étoile de la mort Robert pouvait détruire Béziers comme on lui avait détruit Oran. En accumulant de la haine et du ressentiment, Robert bascula définitivement du côté obscur. Un jour de mars 2014, vengeur, il positionna l'Étoile de la mort sur sa ville d'adoption : Béziers. 

Il menaça la ville de destruction et il déclara d'un ton péremptoire : « Je suis ton maire ! »

Depuis ce sinistre jour un compte à rebours s'enclenche,
Le Baron Noir va-t-il finir par détruire Béziers la capitale mondiale de la galaxie ?
C'est pas sûr,
Car dans les confins lointains des quartiers périphériques aux allées Paul Riquet, des rebelles s'organisent et préparent la résistance !