Edito

Bella Ciao, Béziers!

parisienAC'est la rentrée pour Envie à Béziers et l'occasion pour ce numéro 26 de vous présenter notre nouvelle formule, en attendant la refonte de notre site en 2019. Nous continuerons à faire paraître un numéro bimestriel et notre page sera alimentée régulièrement par des brèves sur l'actualité, les dessins de Clo et les annonces de l'agenda. Nous poursuivrons également notre collaboration avec Visa, cette ancienne association intersyndicale de vigilance contre l'extrême droite. La nouveauté c'est que nous publierons nos dossiers en décalé. Et à travers ces dossiers nous nous demanderons où en est notre ville de Béziers, où en est cette ville moyenne dirigée par l'extrême droite. Certains disent que Béziers va mieux. D'autres qu'à part une nouvelle pelouse et la grande roue rien n'a changé. On vous en dira plus sur notre prochain dossier consacré à la politique du cœur de ville. Pour ce numéro 26 il est beaucoup question d'écologie tant elle est préoccupante et aussi des fanfaronnades macroniennes ou ménardiennes, peu préoccupées du bien commun. Bonne lecture et Bella ciao, Béziers !

Monsieur Ménard, Oui, c'est vrai, nous n'avons pas fortement déploré « l'ignoble agression » dont vous avez été « victime » à Saint-André de Cubzac lors de votre visite pour un rassemblement des extrême- droites. Votre chute, lors d'un pas de danse malencontreux de votre garde du corps, a entraîné une ITT de huit jours mais le lendemain, une danse joyeuse dans VOTRE ville à l'occasion de la victoire des volleyeuses a rassuré le peuple.

Par Khan Did

Vous qui fûtes un militant trotsko convaincu et agissant il n'y a pas si longtemps finalement, ne vous souvenez-vous pas que, lorsqu'on vient provoquer en affichant des positions radicales pour ne pas dire radicalisées, on s'expose à la possibilité de recevoir des coups ? La présence d'opposants à vos thèses vous était connue mais il vous a peut-être semblé que votre arrogance allait avoir raison de « l'agressivité » de ces islamo-gauchistes, vous qui êtes si peu clivant. Quelle naïveté, à moins qu'il ne s'agisse d'un petit calcul politique montrant le petit Ménard lynché et jeté à terre...

Dans ce cas, la danse du ventre du lendemain était pour le moins inopportune et il ne faut pas jouer l'incompris. Et surtout ne pas faire prendre en charge par les finances exsangues de VOTRE ville, qui ne vous avait en aucun cas donné mandat d'aller faire le kéké facho en tant que maire dans ce village girondin. Allons, un peu de mémoire et de fierté !

Bien à vous.

Leon, Wladimir Ilich et Joseph