Edito

Bella Ciao, Béziers!

parisienAC'est la rentrée pour Envie à Béziers et l'occasion pour ce numéro 26 de vous présenter notre nouvelle formule, en attendant la refonte de notre site en 2019. Nous continuerons à faire paraître un numéro bimestriel et notre page sera alimentée régulièrement par des brèves sur l'actualité, les dessins de Clo et les annonces de l'agenda. Nous poursuivrons également notre collaboration avec Visa, cette ancienne association intersyndicale de vigilance contre l'extrême droite. La nouveauté c'est que nous publierons nos dossiers en décalé. Et à travers ces dossiers nous nous demanderons où en est notre ville de Béziers, où en est cette ville moyenne dirigée par l'extrême droite. Certains disent que Béziers va mieux. D'autres qu'à part une nouvelle pelouse et la grande roue rien n'a changé. On vous en dira plus sur notre prochain dossier consacré à la politique du cœur de ville. Pour ce numéro 26 il est beaucoup question d'écologie tant elle est préoccupante et aussi des fanfaronnades macroniennes ou ménardiennes, peu préoccupées du bien commun. Bonne lecture et Bella ciao, Béziers !

Emmanuel Macron président de la République des riches a osé parler de pauvreté, de plan anti-pauvreté même alors que toute sa politique économique, fiscale, sociale n'a pour conséquence que de creuser les inégalités et donc d'augmenter cette même pauvreté. Vous avez remarqué comme il a du mal à prononcer ce mot, sa bouche se tord, sa voix devient pâteuse, un léger rictus déforme son visage, c'est un gros mot pour lui. Il ne le prononce pas, il le crache !

Par Robert Martin

La situation n'est pas nouvelle, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Quoi de plus naturel semble-t-il ! Les chiffres, catastrophiques, sont tombés. Une enquête du Secours Populaire montre que 9 millions de Français sont sous le seuil de pauvreté dont 3 millions d'enfants ! Sans parler de celles et ceux qui sont juste au-dessus et qui ont du mal à survivre !


Quelle honte ! Cette France si riche ne s'applique même pas sa propre devise d'égalité et de fraternité. Cette richesse produite par tous ne se partage pas, elle reste dans les mêmes mains, celles des possédants. Et cela dure depuis plusieurs siècles mais actuellement la machine s'emballe, le libéralisme économique avec sa sacro sainte croissance, son culte de la concurrence et son idée fixe du marché fonctionne tellement bien, dans sa logique, que c'est la fuite en avant ! Giscard d'Estaing, l'ancien président de la République fustige même « l'enrichissement des plus riches » sous Macron. « Personne ne proteste. C'est très étrange », a-t-il déclaré. Et oui, c'est étrange. C'est un appel à l'insurrection sociale ? Personne ne proteste, pas les riches évidemment ...pour les autres, entre ceux qui n'ont rien et qui tentent de survivre et ceux qui ont un peu et résistent pour ne pas le perdre, la voie est libre pour que la machine inégalitaire tourne à plein régime !


Mais la véritable honte c'est l'hypocrisie de nos gouvernants ! C'est leur politique qui génère cette précarité et cette pauvreté qu'ils souhaiteraient moins voyante, plus humaine pour avoir bonne conscience, en se disant que certes, la pauvreté existe mais qu'ils font le maximum pour la rendre acceptable !!!! Et une aide pour la rentrée scolaire, par ci, une prime de Noël par là. On aide les gens à se loger, à se chauffer, à partir en vacances en réalité à ne pas se noyer, en leur maintenant juste la tête hors de l'eau. Car cette même logique libérale ne lâche rien sur le travail, sur le chômage, sur les retraites, sur la santé, sur les salaires, sur l'éducation, au contraire ! Toujours le même objectif, libéraliser, mais surtout mutualiser les pertes, privatiser les bénéfices, tout cela par pure idéologie. Le résultat est automatique : une population de plus en plus pauvre dans un pays toujours plus riche dont ne bénéficie qu'une minorité. Un plan anti-pauvreté pour Macron c'est continuer à faire l'aumône : quelques euros pour la cantine, quelques euros ailleurs, transformant les miséreux en assistés, ce qu'on leur reproche par ailleurs !


Un vrai plan anti-pauvreté devrait faire le constat alarmant de l'état du monde et désigner les coupables : un système économique et social qui génère, crée, entretient la précarité comme le chômage et refuse de partager la richesse produite par toutes et tous. Il n'est pas possible de continuer à supporter que ceux qui nous empoisonnent nous vendent des médicaments pour nous soigner ! Il n'est pas possible de continuer à supporter qu' un système qui appauvrit la majorité de la population lâche des miettes pour se donner bonne conscience. C'est le système qu'on doit changer, pour une société plus solidaire, plus fraternelle, plus humaniste, comptable de l'intérêt général, d'où seraient bannis le pouvoir de l'argent, l'arrogance des puissants, les inégalités sociales, la recherche exclusive du profit. "I have a dream" disait Martin Luther King, à quoi John Lennon répondait en écho avec son "Imagine" !

Imagine aucune possession,
Aucun besoin d'avidité ou de faim,
Une fraternité humaine,
Imagine tous les peuples,
Se partageant le monde...
Tu peux dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
J'espère qu'un jour tu nous rejoindras,
Et que le monde vivra uni.